Une église en mouvement !

L ‘amorce est déjà faite mais qu’en sera-t-il en 2040 ? Bouleversement ou continuité ? La question reste posée tant les changements et les évolutions sociétaux nous bousculent. Des réflexions sont en cours dans le cadre de la conférence des évêques de France mais aussi au niveau de notre diocèse. Les Chrétiens dans le Monde Rural (CMR) attentifs à l’avenir de l’église en rural, ont abordé ce thème lors de la journée de lancement le 6 octobre dernier.

Voici, quelque peu résumés, les propos de l’abbé Michel Grolleau, l ‘aumônier diocésain du mouvement.

  • Les chrétiens auront leur place au cœur de toutes les spiritualités, au milieu de tous ceux qui cherchent un sens à leur vie, pour peu qu’ils veuillent bien y réfléchir et s’engager.La Vendée, riche de son passé religieux en héritage saura faire perdurer la foi chrétienne. L’engagement des laïcs dans les associations et mouvements sera le point de contact de la présence chrétienne au cœur du monde. Les églises qui resteront ouvertes permettront d’y vivre les célébrations mais seront aussi des refuges pour l’art (expositions, concerts, musique, théâtre.). Les personnes de tous bords pourront alors y découvrir le lien avec l’évangile et la foi chrétienne. On ne pourra pas rester tout seul dans son coin ! des temps forts dans les paroisses et des temps liturgiques auront toute leur place ; partages, rassemblements, ouverture aux autres se mêleront aux diverses collaborations artistiques pour découvrir l’Esprit-Saint à l’œuvre dans l’autre – enrichissement réciproque – certes, les prêtres seront moins nombreux, moins d’églises ouvertes mais des lieux de rencontres en Maison Paroissiale par exemple ; un lieu pour tous. Être en communauté chrétienne pour pouvoir proposer le Trésor de la Foi.
  • L’Eglise et les Chrétiens seront minoritaires. Ils devront s’organiser, se prendre en main, regarder, discerner ce qu’il conviendra de mettre en place pour vivre sa foi et la nourrir. En Vendée, il y aura peut-être 20 à 30 prêtres de moins de 60 ans. On peut prévoir moins de baptêmes et de mariages, de 1 ere communion et de confirmation mais on aura toujours le souhait de se rassembler pour célébrer Jésus Christ et lire la parole de Dieu. Les diacres seront en nombre et resteront attachés à un territoire, en lien avec les précarités, les fragilités locales. La vie de l’élise sera alors portée et animée par les laïcs.
  • Les chrétiens auront à s’impliquer dans les grandes questions de société : la bioéthique, l’écologie, l’accueil des migrants… sujets toujours d’actualité. Ils auront à être présents pour que la place de la femme et de l’homme soit respectée du début à la fin de vie. Ils auront également à être présents pour témoigner, accompagner, protéger…

De cette manière, ils seront missionnaires en étant le sel de la terre pour donner du goût et garder la grandeur de la vie. Ils devront être aussi « Lumière » pour dire et porter les valeurs et le message du Christ. Ils seront le levain dans la pâte pour faire grandir l’Amour, la Fraternité, l’Espérance au cœur de la société.

 

Fermer le menu