La clameur du confinement – neuvième partie : acrostiches

Alain, membre et administrateur du CMR 27

Comme toutes les personnes que je rencontre, je profite de ce calme trop prononcé pour nettoyer le jardin (mieux que d’habitude),

Obligation que j’accepte et je me dis que j’ai la chance d’avoir des extérieurs.

Rester à la maison, c’est pour moi l’occasion de faire un Scrabble tous les jours avec Jeanne-Marie,

Oublier tous mes soucis qui nous encombrent à longueur de jour.

Non je pense à toutes les personnes qui affrontent avec les malades ce virus en direct malgré tous les risques que cela comporte.

À dire vrai : ni trop vieux ni travailleur, je me considère chanceux.

Voir que la France dans son ensemble accepte ces barrières de protection est réconfortant.

Il m’est agréable de sentir que cette accalmie augmente les petites intentions téléphoniques et les mails de sympathie.

Rester loin les uns des autres n’est pas dans l’ordre des choses. Je considère cela comme une épreuve pour tous nos résidents d’Ehpad.

Une pensée plus particulière pour toutes les personnes qui étaient déjà en situation de précarité, le quotidien s’est alourdi.

Simplement, je demande au Seigneur que par cette période compliquée il nous montre le chemin de l’essentiel.

 

Comment faire pour être autosuffisant en médicaments.

Orienter une politique de santé européenne.

Revoir l’ensemble de la santé de proximité.

Oublier que la nuit il n’y a pas que les urgences à consulter.

Ne pas dépendre de l’autre bout de la planète pour des produits de grand usage.

Accepter de ne pas tout comprendre de la Création.

Voir comment aider les associations à passer des moments comme cela.

Idéalement, repenser les moyens économiques de notre santé.

Retenir tout ce que cette crise pourra nous apprendre.

Union et attention à chacun aura été la force qui anime ces jours.

Salutations.